S'abonner : Articles Newsletter Facebook

Le sujet d’invention

0 commentaire

Conseils méthodologiques  pour réussir  un sujet d’invention

Le sujet d’invention vous demande d’être vous-même l’auteur d’un texte, il exige donc des compétences de créativité et d’imagination. Cependant cet exercice fait également appel, comme le commentaire ou la dissertation, à vos compétences d’analyse littéraire et d’écriture argumentative. La réussite d’un devoir d’invention est étroitement liée à votre capacité à comprendre et respecter les contraintes imposées par le sujet.

Les types de textes que l’on peut vous demander de produire sont multiples :

Dans un cadre argumentatif :

Article (éditorial, article polémique, article critique, droit de réponse…).

Lettre (correspondance avec un destinataire défini dans le libellé du sujet, lettre destinée au courrier des lecteurs, lettre ouverte, lettre fictive d’un des personnages présents dans un des textes du corpus…).

Monologue délibératif ; dialogue (y compris théâtral) ; discours devant une assemblée.

Récit à visée argumentative (fable, apologue…).

Dans un cadre narratif

Transpositions : changements de genre, de registre, ou de point de vue.

Amplifications : insertion d’une description ou d’un dialogue dans un récit, poursuite d’un texte, développement d’une ellipse narrative…

ORGANISATION DU TRAVAIL

Il faut absolument analyser la situation d’énonciation qui vous est demandée ou proposée

1. Le locuteur

Qui écrit ou parle ? Vous ? En tant que lycéen, membre d’une association ? Un journaliste ? un écrivain ? un sportif ? une autre personne… laquelle ?

Un bon texte d’écriture d’invention est un texte qui fait vivre un narrateur ou un personnage, qui permet de l’imaginer…

2. L’interlocuteur

Qui est le destinataire : une seule personne ? Un public ? Un lecteur…

3. Les circonstances, le contexte

Comment ? Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Pourquoi ? A quelle époque ? Attention aux anachronismes (illogismes liés à l’époque : Il y a peu de change d’entendre Ronsard s’écrier : « je kiffe grave le slam ! ») Et surtout au vocabulaire et au style !

Si on vous demande d’écrire un texte, censé être écrit à une autre époque que la nôtre, le corpus vous fournit en général un ou deux textes de cette époque dont vous pourrez vous inspirer (vocabulaire, expressions, …)

4. Le type de texte

Une lettre, un discours argumentatif/polémique, un article de journal, un poème, en vers ou en prose, un récit, … : chaque type de texte suppose une typographie et une présentation différentes. Par exemple : un titre pour un article de journal, un en-tête pour une lettre, des didascalies au théâtre …

Il vous faut ensuite choisir la forme, rechercher des idées et élaborer un plan ou une trame pour votre texte :

1. Le choix de la forme

Il est conditionné par le type de texte demandé. Cependant, les arguments, et tout texte en général, doivent être présentés de manière structurée.

2. Le registre principal

Il est soit imposé ou suggéré soit à déterminer par vous-même en fonction du type de texte demandé.

D’une manière générale, on peut vous demander d’utiliser un ou plusieurs registres parmi les suivants : lyrique, comique, tragique, pathétique, satirique, polémique.

2. La recherche d’idées

Elle est guidée par la nature du sujet, mais dans tous les cas il faut utiliser vos connaissances littéraires. Par exemple, les arguments des locuteurs peuvent s’appuyer sur vos lectures de l’année ou sur des textes du corpus. Un récit peut s’appuyer sur les récits lus en classe, de même pour un dialogue de théâtre…

3. Le plan ou la trame

Un texte argumentatif vous demandera d’élaborer un plan de vos arguments afin de les faire progresser logiquement. Pour un récit, il faut préparer au brouillon une trame qui vous permettra de structurer vos idées, de ne pas vous laisser déborder par votre imagination et d’assurer ainsi la cohérence de votre texte. S’il s’agit d’une transposition, il faudra noter et structurer les éléments à transposer, ceux que vous ne changerez pas et vérifier qu’il n’y a pas d’incohérence entre les deux.

4. Longueur du texte

En seconde, selon le temps qui vous est donné votre texte ne doit en général pas être inférieur à 30 lignes (1 page). Elle ne sera jamais inférieure à deux pages au Bac (Sauf cas très spécial, comme l’écriture d’un poème).

La rédaction du texte

1. Imagination et créativité

Une fois que vous avez bien établi « le cahier des charges » de votre texte, c’est-à-dire lorsque vous avez analysé les consignes du sujet et dégagé la situation d’énonciation du texte, une fois que vous avez repéré les idées importantes, les thèmes que vous devez aborder, alors seulement vous pouvez vous lancer dans l’écriture, en faisant un brouillon.

Un texte d’invention est une sorte de création artistique. Aussi doit-il être travaillé, modifié, amélioré. Les mots, les images, le rythme de vos phrases doivent être soigneusement choisis.

Utilisez des synonymes, évitez les répétitions de mots mais aussi de forme de phrases, de comparaisons. Utilisez des métaphores…

Exemple : s’il s’agit d’un journaliste qui écrit un éditorial favorable à l’environnement, on doit percevoir dans ses propos son amour de la nature, ses connaissances dans le domaine de l’écologie, ses racines…

2. Les circonstances

Imaginez des décors, des circonstances, des actions, des propos… Utilisez des adjectifs et des adverbes pour donner de la vie à vos descriptions, à vos portraits, à vos arguments, à vos dialogues. Pensez aux couleurs, aux détails, aux objets. Remettez-vous en mémoire les textes que vous avez lus pour les imiter. En fait, plus vous lirez (de tout) et plus vous serez capable d’écrire ce type de texte.

3.Présenter le travail d’invention :

Selon le type de sujet, il faut réécrire tout ou partie du texte de référence afin que l’ensemble soit compréhensible du correcteur même s’il n’a pas le sujet sous les yeux.

N’écrivez pas votre texte d’un seul bloc. Séparer les scènes, les idées, les moments de votre texte, par des alinéas ou des sauts de lignes pour en faciliter la lecture.

Attachez beaucoup d’importance à la ponctuation : elle conditionne la bonne lecture et la compréhension. Un texte mal ponctué peut induire le correcteur en erreur sur le sens que vous avez voulu donner à votre texte.

Respecter les règles de présentation des dialogues (si nécessaire) : on ouvre les guillemets au début d’un dialogue, puis les répliques s’enchaînent avec des tirets, on ferme les guillemets à la fin du dialogue.

Exemple :

Le renard dit au corbeau :

« Qu’est-ce que tu fabriques sur ta branche ?

– Je tiens dans mon bec un Camembert, pardi!

– Tu partages ? propose le renard

– T’as qu’à monter, malin ! »

A ces mots le renard prend son élan et se jette sur le cordeau prétentieux.

Les noms propres portent des majuscules, Les chiffres sont écrits en toutes lettres sauf les dates. Les siècles sont écrits en chiffres romains. Toute citation d’un texte qui n’est ni le vôtre ni le texte du sujet est donnée entre guillemets. En revanche ne mettez pas de guillemets inutiles, par exemple pour signaler une approximation dans votre vocabulaire ou un mot familier. Changer de mot mais ne le mettez pas entre guillemets !

Ce qui donnera de la valeur à votre texte :

• Le respect strict des consignes et contraintes (énonciation, forme, type de texte).

• La maîtrise du genre et du ou des registre(s).

• La correction (pas de registre oral sauf si le sujet le nécessite) et la précision du vocabulaire et de la syntaxe.

• L’organisation et la cohérence de la pensée.

• Les connaissances de cours.

Pour conclure :

Le sujet d’invention est un exercice aussi exigeant, peut-être plus exigeant, que le commentaire ou la dissertation, mais il est aussi le lieu du plaisir de l’imagination et de la créativité. Écrivez avec envie et plaisir, mettez-vous à la place de l’auteur, prenez-vous pour Molière, Racine, Rimbaud, Zola ou Camus, écrivez avec enthousiasme et conviction sans perdre de vue qu’il s’agit d’un travail scolaire qui doit mettre en valeur les connaissances que vous avez acquises.

À vous maintenant !

Laisser une réponse