S'abonner : Articles Newsletter Facebook

2 élèves au Prix Heptaméron

0 commentaire

Article proposé par Dimitri Mouflard de 1ère L2. 

Merci à lui !

.

Tous les deux ans, le concours des Plumes de Duruy s’associe au Prix Heptaméron de la nouvelle, organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Le sujet du concours palois était pour cette édition « Dehors il faisait soleil ». Deux nouvelles du lycée ont concouru : L’ombre de Marie Le Geay et Audrey Dolosor de 1èreS2 et L’heure est au souvenir de Dimitri Mouflard de 1èreL2. Ils sont arrivés parmi les dix derniers dans la catégorie lycéens regroupant des candidats des départements 64, 65, 40 et 32. Malgré la qualité des écrits proposés, la deuxième délibération du jury présidé par l’auteur Paul Fournel n’a pas retenu les nouvelles de nos trois élèves. Le binôme auteur de L’ombre nous propose un résumé de sa nouvelle :

Je regarde par la fenêtre. Encore. Je deviens fou. J’ai peur … Ça va bientôt faire deux heures que je surveille dehors…. Pourquoi ? Comment ? Où ? Quand ? Qui ? Voici toutes les questions qui m’assaillent, elles tournent autour de moi et me hantent. Je sais que mon tour va venir, je sens la mort approcher avec cette ombre. Je suis effrayé…

Et c’est à cause de ce qu’il s’est passé. Tout à commencé quand je suis devenu le chef d’une équipe pour une entreprise ayant pour but de créer un ordinateur parfait. Je n’aurais pas dû intégrer cette compagnie informatique. J’aurais dû me douter que cette offre était étrange et dangereuse. Et depuis, elle nous poursuit et nous traque un à un, dès que notre comportement change nous disparaissons… Qui fait cela ? Non quoi… L’ombre.

Voilà ce qui m’effraie, ils ont disparu et moi, que vais-je devenir ? J’entends du bruit !… J’ai peur… Tellement peur… Je prends mon couteau porte-bonheur qui ne me quitte jamais. Au moins je ne serai pas sans défense…

C’est l’histoire d’un génie qui va mal se finir….

 

Voici à présent le résumé de la nouvelle L’heure est au souvenir proposé par son auteur :

J’étais descendu au beau milieu de la nuit dans ma cave. Je n’allais pas bien, et le silence de l’obscurité m’aidait à réfléchir. Sur quoi ? Sur la vie que je mène alors que je suis désormais vieux. Dans cette pièce plongée dans une autre époque, parmi des objets d’un autre temps, je redécouvrais celui qui me plongeai dans un univers magique où le passé ressurgissait, où toute ma jeunesse reprenait vie dans une odeur de pétrole consumé et une poussière volatile. Les souvenirs prenaient place et un monde chimérique se dessinait à mes cotés jusqu’à apercevoir par le soupirail un rayon orangé intense…

 

Ces nouvelles sont également en compétition pour le concours des Plumes de Duruy aux cotés de 2 autres candidats. Les résultats seront annoncés bientôt sur le site, une fois la délibération du jury passée.

.

Laisser une réponse