S'abonner : Articles Newsletter Facebook

Les oubliés du monument aux morts (1)

0 commentaire
Les oubliés du monument aux morts (1)

Article de M. Delmas.

.

Les plaques commémoratives du lycée portent les noms de 94 anciens élèves « morts pour la France » pendant la Première Guerre mondiale, mais des recherches ont permis d’en découvrir 70 autres qui n’y figurent pas. Nous rendons ici hommage à leur mémoire.

 

Daniel Gaëtan Antoine FÈVRE est né le 13 juillet 1890 à Gap (Hautes-Alpes), 13 place Jean Marcellin, fils d’Achille, lieutenant au 91e R.I. de ligne, et de Cécile Gennerat.
Elève à St-Louis-de-Gonzague à Bayonne, il obtient ensuite son Premier Baccalauréat en 1906 au lycée Duruy.

Polytechnicien en septembre 1910, engagé volontaire à Paris en octobre au 31e R.A. (Le Mans). Domicilié à Laon, 54 rue des casernes, en 1911, sous-lieutenant à l’Ecole militaire d’artillerie. Ses parents demeuraient à Bourgoin, 4 rue du Collège.
Cité le 19 septembre 1914. Lieutenant, détaché dans l’aviation en décembre 1914. Capitaine au 9e Régiment d’Artillerie de Campagne en novembre 1916, passé au 2e Groupe d’aviation, lieutenant d’artillerie observateur à la MF 60, détaché au Groupe d’aviation MF 33, venant du SDE.
Chevalier de la Légion d’Honneur en janvier 1915, avec 2 citations (avion mitraillé et criblé d’obus).
Citation en juillet 1916.
Pilote du service aéronautique de la 4e armée, affecté à l’escadrille N 38, il est tué au cours d’un combat aérien contre trois avions allemands, à bord d’un Morane-Saulnier XXI, au cours d’une reconnaissance dans les environs du Mont Cornillet-Prosnes/La Plaine (Marne), le 19 avril 1917 « par balle et chute d’avion ». Il faisait équipage avec le lieutenant de Broglie, qui a également perdu la vie. Leur avion a probablement été abattu par le Lieutenant Willi Daugs du Jasta 36 (sa 1ère victoire). Leurs corps ont été transportés à l’annexe militaire de l’hôpital civil de Châlons-sur-Marne. « Mort pour la France ».
« Officier de la plus haute valeur. Dans l’organisation de l’aéronautique d’une armée au moment de la bataille, a rendu les services les plus signalés. Le 19 avril 1917, au cours d’une reconnaissance, a attaqué trois avions ennemis et a trouvé une mort glorieuse. » (5e citation). Croix de guerre avec une palme d’argent et une palme de bronze.
Inhumé à la Nécropole nationale de Châlons-en-Champagne, tombe 924.
Figure sur le monument aux morts de Bourgoin-Jallieu (Isère), sur les plaques commémoratives de la mairie de Laon (Aisne), du Lycée St-Louis-de Gonzague de Bayonne, et de l’Ecole Polytechnique à Paris.

Laisser une réponse